Les Sables - Les Açores - Les Sables
5è édition Les Sables - Les Açores

Cela fera huit ans cet été, que tous les deux ans, les solitaires des Sables – Les Açores – Les Sables tissent un lien particulièrement étroit entre le grand port vendéen et l'escale obligé des navigateurs transatlantiques de retour de l'arc antillais.

 

Ce lien, c'est d'abord celui d'une course qui a su se créer son histoire, son identité. Partir du ponton du Vendée Globe pour aller à la découverte du plus maritime des archipels atlantiques, n'est pas anodin. Les coureurs de Minis ne s'y sont pas trompés puisqu'ils sont de plus en plus nombreux à répondre présents. Quand toutes les courses au large peinent à rassembler un plateau conséquent, Les Sables – Les Açores – Les Sables continue d'afficher une belle santé en regroupant à chaque édition entre quarante et cinquante concurrents.

C'est aussi une tradition maritime commune qui unit les deux ports. Les Sables d'Olonne est aussi un port de pêche et de commerce actif, quand les îles de Faial et Pico ont été des haut lieux de la pêche baleinière jusque dans les années 1970. Aujourd'hui, les traditions maritimes de l'île perdurent entre régates de baleinières et excursions d'observations des cétacés. Au fil des éditions, les deux communes de Horta et des Sables d'Olonne ont appris à se connaître. Aux Açores, la mobilisation pour accueillir les concurrents est sans faille pour faire que l'escale dans l'archipel portugais reste un souvenir sans égal dans la mémoire des Ministes.

Enfin, comment ne pas évoquer l'engouement des Sablais pour l'épreuve qui ne manquent pas, à chaque départ, de venir nombreux sur les jetées pour saluer les solitaires qui partent pour huit jours de course.
Comme le notait, l'un d'entre eux au retour de la course : « On a tous plus ou moins des rêves de Vendée Globe dans la tête. Alors quand on descend le chenal des Sables et qu'on voit toutes ces personnes qui nous saluent et nous encouragent, cela nous donne un avant-goût à une toute autre échelle bien sûr, de ce que l'on aura peut-être la chance de vivre... »
Du Vendée Globe aux solitaires de la classe Mini, la course au large est un tout aux Sables d'Olonne.

PF BONNEAU